Main Menu

Message aux femmes : Ce que je suis suffit !

Shares

Pourquoi faites-vous de l’exercice ? Est-ce pour devenir plus forte, plus en forme, pour perdre du poids ou faites-vous de l’exercice pour pouvoir manger plus ? Je commence par cette question, car en tant que femmes, s’il y a un questionnement plus profond sur la raison pour laquelle vous faites de l’exercice ou suivez un régime, alors aucune quantité d’exercice ou de régime ne vous comblera jamais. Vous devez faire face à la question sous-jacente afin de trouver la paix avec vous-même. Je vous explique…

J’avais environ 12 ans quand j’ai commencé à devenir obsédée par mon poids et ma silhouette. À l’époque, une de mes amies était boulimique et une autre mourait de faim. J’ai pris la frénésie alimentaire, je me suis affamé et j’ai fait de l’exercice pour essayer d’obtenir le corps parfait afin d’être bien dans ma peau.

Ce qui a suivi a été un cycle fou qui m’a maintenu enchaînée. Je commençais par surconsommer les aliments que j’aimais. Alors, une énorme culpabilité et une grande déception à mon égard s’installaient. Je vomissais autant que je pouvais. Je manquais les prochains repas et j’allais ensuite les consommer dans le gymnase jusqu’à ce que j’aie brûlé assez de calories. Cela s’est poursuivi pendant un certain nombre d’années. Et en regardant mes photos, je n’étais pas grosse. Mais je n’ai jamais été heureuse ou satisfaite de mon image de moi. La question profonde sous la surface pour moi était : Suis-je assez parfait ?

Je n’en avais pas conscience à l’époque, mais je poursuivais la perfection et, par conséquent, aucun exercice ou régime ne pouvait me donner une image de moi-même qui me comblerait.

La triste réalité des troubles de l’alimentation, c’est que beaucoup d’entre eux ne se rétablissent pas. En 2017, l’ABC news a présenté un rapport sur la façon dont le système de santé australien a laissé pour compte les patients souffrant de troubles alimentaires. Selon le rapport, “un trouble de l’alimentation sur cinq s’est terminé par un suicide”. La Fondation Butterfly a noté qu’en 2012, un million de personnes souffraient de troubles alimentaires, dont 64 % étaient des femmes.

Les troubles de l’alimentation découlent souvent d’une mauvaise image corporelle, qui atteint son apogée à l’adolescence. Je me souviens que mon père me disait quand j’étais ado : “Renae, tes seins sont maigres, vraiment.” Plutôt que d’entendre le commentaire de mon père, j’ai choisi d’entendre son commentaire comme un compliment, car j’étais toujours obèse à mes yeux. L’insatisfaction dans mon image de moi me hante encore aujourd’hui. J’ai encore du mal à freiner quand il s’agit de la nourriture appétissante. Je mange quand je suis de mauvaise humeur ou quand je pense que je mérite une récompense.

Maintenant, vouloir être belle n’est pas mauvais. Vouloir atteindre un objectif, qu’il s’agisse du poids, de la forme physique ou de la tonicité des muscles, n’est pas condamnable. Je vous invite à regarder plus profondément sous la superficie pour déterminer la véritable raison de vos objectifs. Si vous découvrez une raison plus profonde, il se peut que vous ayez des problèmes non résolus auxquels vous devez faire face. Ne pas faire face à ces raisons sous-jacentes vous mettra sur une voie où aucune quantité d’exercice ou de régime ne sera jamais suffisante. Si vous souffrez d’un trouble de l’alimentation, je vous encourage à en parler à quelqu’un et à vous libérer des chaînes de la perfection, de la culpabilité et de l’insatisfaction.

Dieu a fait les femmes à son image (Genèse 1:27). Dieu s’est satisfait de ce qu’Il a créé. Avec Dieu et en Dieu, les femmes suffisent. Alors pourquoi laissons-nous le monde gouverner nos idéaux ? Il est temps que nous nous unissions et apprenions à nous tenir debout devant Dieu et à être satisfaites de ce que Dieu nous a fait être !

Nous le devons à nous-mêmes et nous devons le faire pour le bien de la prochaine génération de femmes.

Ma fille Faith était à la maternelle. Un jour, elle est rentrée en disant qu’elle était grosse, tout en se pinçant le ventre.

“Pourquoi tu te crois grosse ?” J’ai demandé.

“Mon amie me l’a dit”, m’a-t-elle répondu.

Son amie à l’école avait appris que, parce qu’elle pouvait se pincer le ventre, cela signifiait qu’elle était grosse. En enseignant cela à Faith, puisque Faith pouvait se pincer le ventre, elle a conclu qu’elle était grosse aussi. Ça m’a brisé le cœur. Cela m’a choqué que cela soit survenu à l’âge de six ans.

Je ne veux pas que ma fille se batte avec la nourriture et l’image de soi comme je le fais.

Je ne veux pas que ma fille se dise qu’elle est grosse alors qu’elle est parfaitement belle dans la forme que Dieu lui a donnée.

Je ne veux pas que ma fille grandisse en pensant qu’elle n’est jamais assez.

Je ne veux pas qu’aucune de nos filles ou futures filles ou femmes en général ne pense qu’elles ne sont jamais suffisantes.

Nous devons nous accepter, nous apprécier, nous respecter et nous aimer en tant que femmes. Nous devons nous encourager les uns les autres et ne jamais laisser nos défis nous pousser au silence. Partageons nos batailles entre nous afin de pouvoir les mener ensemble.

Être belle, c’est être satisfaite de soi. La beauté commence quand on décide d’être soi-même. Tu n’as pas besoin d’être accepté par les autres. Tu dois t’accepter toi-même. Car ce n’est pas ce que tu es qui te freinera. C’est ce que vous pensez ne pas être qui vous empêchera d’avancer.

Alors dites ces mots à voix haute : Ce que je suis suffit. Ce que je fais suffit. Ce que j’ai suffit. Apprenez à accepter ces paroles … et vous grandirez pour être satisfaite de vous-même, tout comme Dieu est satisfait de qui vous êtes.

Renae Maua fréquente l’Église d’Avondale College.

Publié sur Adventist Record, traduit et republié avec autorisation.

Le plus grand sauvetage du monde
La grande pastorale au Tessin – une première !

Laissez votre commentaire

Inscrivez-Vous

Inscrivez-vous pour recevoir les notifications dans votre e-mail

En vous abonnant, vous acceptez notre politique de protection de données.

E-MAGAZINE

ADVENTISTE MAGAZINE TV

Top