Main Menu

Appel à la majorité silencieuse pour éviter le suicide des pasteurs

Shares

Oui, nous devons parler d’épuisement pastoral, de dépression et même de suicide.

La semaine dernière, une nouvelle troublante est apparue sur mon flux d’informations. « California Church Shocked After Pastor Commits Suicide », a fait la une des journaux de CBN News — et, pendant un moment, mon cœur a palpité.
Andrew Stoecklein, pasteur principal de l’église évangélique Inland Hills Church à Chino, Californie, est décédé samedi, après avoir tenté de se suicider vendredi. Si vous regardez le site web de l’église, vous verrez un jeune pasteur dynamique avec une femme merveilleuse et trois jeunes garçons.

Quelles pressions, quelles douleurs et quelles blessures ont dû pousser ce jeune homme de Dieu à s’engager dans le vide irréversible du suicide ?

Nous n’aimons pas parler d’épuisement professionnel, de dépression ou même de suicide quand nous parlons de pasteurs adventistes. Et pourtant, toutes ces émotions et conditions sont aussi une réalité présente dans le sacerdoce adventiste. Dirigeants spirituels, pasteurs dynamiques, prédicateurs passionnés, évangélistes dévoués, ils sont tous constamment confrontés aux vrais défis du ministère dans un monde médiatique de tweets et de messages Facebook constants, où l’espace personnel est de moins en moins disponible.

Le pastorat est difficile et peut parfois être très solitaire. Les pasteurs vivent la plupart du temps en mode « On ». Ils doivent le faire. Ils doivent être des bergers qui s’occupent constamment d’un troupeau diversifié et souvent blessé.

Nous attendons d’eux qu’ils soient un génie de l’administration, qu’ils dirigent des gens de différents horizons, avec des besoins et des expériences différents, qui ne s’entendent pas toujours. Ils devraient regarder au-delà des murs de leurs églises pour atteindre les laissés-pour-compte et les perdus. Ils devraient garder un œil sur la structure et l’entretien du bâtiment de l’église, tout en élargissant leur présence médiatique dans un monde qui s’attend à une couverture par les médias complète.

Je suis un pasteur consacré — et je me sens souvent dépassé par les besoins que je vois autour de moi dans ma congrégation locale et dans la communauté ecclésiastique en général. (Je ne suis pas actuellement à la tête d’une congrégation à temps plein.) Alors, que pouvons-nous, en tant que membres de congrégations locales, faire de plus que de faire un diagnostic ? Voici quatre suggestions pratiques :

Tout d’abord, dites aux pasteurs de votre vie encore et encore combien ils sont appréciés. Je sais que la grande majorité des membres aiment et apprécient leur pasteur — mais parlons-nous haut et fort ? La plupart du temps, un pasteur entend des membres quand ils sont malheureux ou quand il y a conflit. Une rétroaction positive contribuera grandement à l’affirmation d’un pasteur qui subit des pressions constantes.

Cela ne veut pas dire que nous ne sommes pas toujours en désaccord avec le pasteur. Mais nous ne sommes pas d’accord d’une manière semblable à celle du Christ tout en affirmant en même temps notre relation d’amour.

Deuxièmement, ouvrez votre cœur et, si possible, votre maison à votre pasteur. Quand avez-vous invité pour la dernière fois la famille pastorale à un repas sans un agenda ?

Troisièmement, engagez-vous à prier quotidiennement pour votre famille pastorale. Des choses merveilleuses nous arrivent quand nous prions pour les gens. Dieu est capable d’enlever les attitudes trop critiques. Lorsque nous faisons des prières d’intercession, nous sommes transformés nous aussi.

Quatrièmement, soutenez les bras de votre pasteur lorsqu’il y a besoin d’un accompagnement aimant, mais décisif. N’oubliez pas que les pasteurs ne sont pas des superhéros. Comme nous tous, ils sont humains, fragiles et font des erreurs. Parfois, tenir les bras de votre pasteur signifie que vous vous portez volontaire pour vous occuper de trois jeunes enfants afin que le couple pastoral ait une soirée (ou un week-end) libre pour eux et leurs besoins en tant que couple. Parfois, tenir les bras de votre pasteur signifie prendre la parole lors d’une réunion du conseil d’administration lorsque le ton n’est pas correct ou que le sujet devient trop personnel.

J’appelle la majorité silencieuse dans les congrégations adventistes à soutenir leurs pasteurs qui travaillent dur, parfois même qui souffrent. Vas-y, occupe-toi, et fais-le tout de suite avant que nous lisions un autre titre douloureux.

Gerald A. Klingbeil, rédacteur en chef adjoint, Adventist Review/Adventist World

Traduit par Rickson Nobre.

Une check-list pour bien observer le sabbat ?
Interview avec un juge adventiste de la Cour pénale internationale à La Haye

Adventiste Magazine

La revue officielle de la Fédération des Églises Adventistes du Septième jour de la Suisse romande et du Tessin.

Laissez votre commentaire

Inscrivez-Vous

Inscrivez-vous pour recevoir les notifications dans votre e-mail

En vous abonnant, vous acceptez notre politique de protection de données.

E-MAGAZINE

ADVENTISTE MAGAZINE TV

Top