Est-ce vraiment possible?
Ceci est le sixième et dernier article de la série «Des disciples qui font des disciples», sur la croissance et l’éducation des disciples pour le royaume de Dieu.

Personne ne voulait faire partie du comité de nomination. Peu étaient disposés à servir en tant que responsables dans l’Église. Le nouveau pasteur était totalement frustré. Le comité de nominations devait se réunir au moins cinq fois, pour une durée de trois heures à chaque fois, sur une période de trois mois, pour combler tous les postes exigés par l’église, même pour seulement 250 membres. Les gens qui ont finalement accepté les tâches l’ont fait parce que personne d’autre n’était prêt à faire le travail. Ils ont pris leur poste avec très peu d’enthousiasme ou d’objectifs. De toute évidence, l’église a été mise au défi.

Il y a un potentiel multiplicateur dans chaque disciple de Jésus.

L’année ecclésiale n’a pas bien fonctionné pour l’église et son pasteur. L’église fonctionnait, mais avec peu de vie spirituelle. Tout le monde a remarqué le manque d’enthousiasme. Avant les nominations suivantes, le pasteur a suggéré au comité de nominations de s’engager dans un processus avec tous les membres pour découvrir leurs passions (Psaumes 20.4, 37.4) et leurs dons (1 Corinthiens 12), et pour comprendre où Dieu pourrait leur demander de servir, au lieu de pourvoir à des postes.

Des sermons sur les dons spirituels ont précédé les séances du comité de nomination. Un sondage a été fait et le comité de nomination a prêté attention à chaque personne à l’église et durant l’école du sabbat puis il a suggéré des tâches pour toutes les personnes. Bien que ce ne soit pas un procédé parfait, pendant les deux années suivantes, l’église était vivifiée. Tous les postes n’ont pas été pourvus, parce que personne n’avait de passion ou de talent pour certaines tâches. Cependant, l’église n’a pas seulement fonctionné, mais elle a commencé à se développer. La plupart des gens étaient impliqués dans les ministères et les départements qu’ils aimaient ou voulaient tester. Une approche axée sur les « personnes » plutôt que sur les « postes » a fait une vraie différence.

Se concentrer sur les personnes

Si nous sommes engagés sérieusement dans la multiplication des disciples qui forment de nouveaux disciples, l’église doit s’axer sur les personnes à tous les niveaux. Le comité de nomination doit examiner comment les gens se sentent dans leurs rôles et prioriser un axe de développement, tout comme le département des ressources humaines est censé faire dans les entreprises.

L’église peut prier pour tous les nouveaux baptisés, pour demander à Dieu de leur accorder des dons spirituels et leur révéler la passion de leur cœur. Ensuite, l’église peut suggérer des voies pour le développement du disciple et former de nouveaux disciples à devenir eux-mêmes formateurs de disciples. Après tout, Dieu possède toutes les ressources humaines dont il a besoin dans l’église (1 Corinthiens 1.4-7), et c’est « Dieu qui a placé chacune des parties dans le corps comme Il l’a voulu. » (1 Corinthiens 12.18, NBS).

Voir le potentiel

Mon grand-père croyait en moi. Même si j’étais un adolescent typique à certains moments, et que je faisais ce que je voulais (je ne vous dis pas ce que cela impliquait), il s’est souvent assis avec moi, il m’écoutait en me demandant comment j’allais et il voulait connaître mes idées sur divers sujets concernant l’église ou le monde. Il m’a écouté comme si mon opinion importait.

Il me laissait conduire sa voiture (même après que je l’aie abîmée deux fois en une journée, sans dégâts importants). J’ai peint et réparé sa maison au lieu d’embaucher un professionnel. Il m’a emmené pour l’entendre prêcher et enseigner, et il m’a écouté prêcher. Il était toujours extrêmement encourageant. Il a raconté beaucoup d’expériences personnelles qui m’ont fait réfléchir et grandir. Il s’est même arrangé une fois pour que j’enseigne dans ses classes au Collège d’Avondale quand il était loin pour participer à des ateliers.

C’était plus que croire en moi ; Il a été mon mentor et m’a fait croître en tant que disciple de Jésus. En tant qu’adolescent et jeune adulte, j’ai été béni d’avoir un certain nombre de personnes, comme mon grand-père, qui m’accompagnait. Chacun d’eux compte beaucoup pour moi. Ils m’ont façonné de manière significative en un disciple de Jésus.

jesus-disciples

Jésus en a choisi 12

Jésus appréciait tout le monde et voulait qu’ils trouvent leur plénitude en le suivant. C’est pourquoi Il les guérissait, enseignait, les nourrissait, leur demandait de se repentir et de le suivre.

Cependant, Jésus savait qu’Il serait seulement dans le ministère pendant trois ans et demi. Il quitterait alors cette terre et son travail auprès des humains. Il devait être stratégique et choisir les bons dirigeants pour continuer ce qu’Il avait commencé. Il a passé toute la nuit à prier avant de choisir 12 apôtres (Luc 6.12-16). La liste comprenait des commerçants, des zélotes qui méprisaient les Romains, des collecteurs d’impôts qui collaboraient avec les Romains, des personnes qui avaient l’esprit pharisien, des pêcheurs, de jeunes gens en colère, de grands parleurs opiniâtres, des personnes qui étaient en même temps courageuses et émotionnellement instables. Jésus peut utiliser tous ceux qui sont disponibles (Marc 3.15-19).

Ce groupe privilégié était destiné «à être avec lui» et à l’accompagner dans son ministère (Marc 3.13-14). Jésus appela les disciples à Le suivre, à être avec Lui et à apprendre de Lui. Ils verraient Jésus, mangeraient avec lui, dormiraient là où il dormait, s’intéresseraient aux besoins des gens, de leur guérison et leur orientation, ils ressentiraient l’antagonisme des chefs religieux, se mêleraient aux «plus petits» (Matthieu 25.40), partageraient leurs dîners, verraient les guérisons, et entendraient Son enseignement.

Suivre Jésus signifiait suivre Jésus partout et observer comment Il vivait. C’est ce que signifie être un disciple aujourd’hui. Une fois que ces disciples connurent les faits de Jésus, Il les envoya faire les mêmes choses qu’Il faisait (Matthieu 10, Luc 10.1-12). Quand ils sont revenus de leur propre ministère, Il les a interrogés (Luc 10.17-24). Au fur et à mesure qu’ils grandissaient dans leur compréhension, ils avaient la conviction que Jésus était le Messie (Matthieu 16.13-20, Marc 8.27-30).

C’est seulement après cela que Jésus a pu leur parler de sa mort et de sa résurrection (Matthieu 16.21, 17.1, 2, Marc 8.31, 9.1-3). Jésus les a menés pas à pas dans leur compréhension et leur développement. Il leur a donné des occasions de participer et de grandir dans le ministère de la formation de disciples.

Lorsqu’il a quitté la terre, Jésus savait qu’avec la puissance du Saint-Esprit (Actes 1.8), ses 12 disciples étaient prêts à engendrer un mouvement multiplicateur de disciples pour former d’autres disciples (Jean 14.16).

Chaque plante portant des semences a la possibilité de se reproduire des milliers de fois en quelques générations. Une orange peut produire une orangeraie, une tomate a le potentiel de produire une serre entière de tomates, une noix de coco peut devenir une plantation de coprah. Il y a un potentiel multiplicateur dans chaque disciple de Jésus. Nous pouvons être des disciples qui forment des disciples, toujours plus et toujours mieux et qui forment des disciples jusqu’à ce que Jésus revienne.

Par Glenn Townend, président de la Division du Pacifique Sud des Adventistes du Septième Jour.

Traduction : Inge Marzocchini