De quelles façons pouvons-nous croître spirituellement et approfondir notre relation personnelle et intime avec Jésus ? C’est là une question que l’on me pose fréquemment. Bien que nous sachions, pour la plupart, ce qu’il faut faire et ne pas faire, nous luttons pour vivre nos convictions. Parfois, il peut même nous arriver de nous sentir découragés et bouleversés.

La réponse la plus claire que j’aie trouvée à cette importante question est liée aux trois meubles que l’on trouve dans le lieu saint du sanctuaire. Examinons chacun d’eux de plus près.

La table des pains de proposition (Ex 25.23-30 ; 37.10-16)

La table des pains de proposition était une petite table en bois d’acacia recouvert d’or pur. On y trouvait dessus 12 pains, lesquels représentaient les 12 tribus d’Israël. Les prêtres faisaient les pains avec de la fleur de farine. Ils les déposaient ensuite sur la table, où ils restaient devant le Seigneur pendant une semaine. Chaque sabbat, les prêtres les enlevaient de la table et les mangeaient dans le lieu saint. Ensuite, ils disposaient 12 nouveaux pains sur cette table.

Les « pains de proposition » étaient également appelées « pains de la présence » parce qu’ils devaient être toujours en la présence du Seigneur. La table et le pain illustraient l’empressement de Dieu à communier avec l’humanité.

Aujourd’hui, nous communions avec Dieu par sa Parole à la table de la communion fraternelle. Il nous faut, comme l’a dit Jésus, davantage que de la nourriture physique : « L’homme ne vivra pas de pain seulement, mais de toute parole qui sort de la bouche de Dieu. » (Mt 4.4)

La croissance spirituelle exige un engagement actif envers la Parole de Dieu. Tandis que nous lisons un verset et le méditons, essayons d’appliquer son message dans notre vie. Demandons-nous : « Qu’est-ce que ce verset me dit ? » Ensuite, parlons à Dieu. Disons-lui ce que nous pensons du message, et la façon dont il s’applique dans notre vie. Ne soyons pas pressés ! Profitons de chaque minute de notre conversation avec Jésus. Loin d’être un devoir ou un fardeau, il s’agit là d’une occasion de recevoir personnellement les merveilleuses promesses de Dieu.

Voici une autre approche qui nous aide à apprécier la lecture et l’étude de la Bible : remplacer, tout simplement, « nous » par « je ». Ce faisant, nous insérons notre propre vie dans les pages de la Bible. Nous simulons que Dieu nous parle individuellement ! Prenez Romains 8.31, par exemple – « Que dirons-nous donc à ce sujet ? Si Dieu est pour nous, qui sera contre nous ? » Allons-y maintenant avec le « je » : « Que dirai-je donc à ce sujet ? Si Dieu est pour moi, qui sera contre moi ? »

Ensuite, parlons à Dieu de tous les défis qui se dressent devant nous. Confions-lui les craintes, les doutes, et les incertitudes qui nous assaillent. Terminons en disant que malgré toutes ces choses, nous croyons que si Dieu est avec nous, rien ne prévaudra contre nous.

Avez-vous remarqué qu’il n’y a aucune chaise à la table des pains de proposition ? Tandis que nous sommes nourris, nous ne pouvons pas nous contenter de faire « la belle vie ». Un grand travail nous attend ! C’est en vue du service que Dieu nous nourrit.

L’autel des parfums (Ex 30.1-10 ; 37.25-28)

L’autel des parfums, également en bois d’acacia recouvert d’or pur, se trouvait devant le rideau séparant le lieu saint du lieu très saint.

Dieu ordonna aux prêtres de brûler de l’encens sur l’autel matin et soir. L’encens devait brûler jour et nuit en odeur agréable au Seigneur. Composé de quatre épices précieuses (stacté, onyx, galbanum, encens pur) en parts égales, il était considéré comme saint. Dieu ordonna aux Israélites de ne pas fabriquer de parfum de même composition pour leur usage personnel ; dans le cas contraire, ils seraient retranchés du peuple (Ex 30.34-38).

L’encens symbolisait les prières et l’intercession du peuple montant vers Dieu tel un doux parfum. L’image des prières montant au ciel comme de l’encens est saisie dans ce psaume : « Que ma prière monte devant ta face comme l’encens, et l’élévation de mes mains comme l’offrande du soir ! » (Ps 141.2)

La prière est essentielle pour la croissance spirituelle. Voici quelques conseils pratiques pour une vie de prière ardente :

  1. Mettez de côté un moment particulier pour la prière – de préférence avant de vous lancer dans les activités de la journée.
  2. Choisissez un endroit – si possible, un lieu paisible dépourvu de toute distraction.
  3. Gardez à l’esprit l’objectif de ce moment – communier avec Dieu, et non préparer une étude biblique ou un programme de l’église.
  4. Prenez le temps de prier. Vous pouvez adopter le principe suivant de la prière : adoration, confession, actions de grâces, supplications.
  5. Lisez votre Bible ou d’autres livres de méditation.
  6. Déterminez la période de temps que vous désirez passer avec Dieu. Souvenez-vous qu’en 24 heures, il y a 96 segments de 15 minutes. Pourquoi ne pas consacrer l’un de ces segments à Dieu ?

Il n’y a qu’à commencer et à persévérer ! S’il arrive occasionnellement que vos plans se heurtent à des obstacles, ne vous découragez pas.

À la table des pains de proposition, Dieu nous parle et nous nourrit ; à l’autel des parfums, nous parlons à Dieu.

Le chandelier (Ex 25.31-36 ; 37.17-24)

Le « porte-lampes » ou « chandelier » était fait d’une seule pièce d’or pur martelé. Six branches sortaient latéralement de la branche centrale – trois d’un côté et trois de l’autre, pour un total de sept branches. Dieu instruisit les prêtres d’entretenir constamment les lampes.

Jésus est représenté par la branche centrale du chandelier, et nous, nous le sommes par les six branches sortant de celle-ci. En tant que croyants, nous vivons « comme des enfants de lumière » (Ep 5.8), lesquels tirent leur source de lumière de Jésus, la véritable lumière. Jésus dit que nous sommes « la lumière du monde ». Par conséquent, il nous donne cet ordre : « Que votre lumière luise ainsi devant les hommes, afin qu’ils voient vos bonnes œuvres, et qu’ils glorifient votre Père qui est dans les cieux. » (Mt 5.14,16)

La vraie croissance spirituelle implique le partage de notre foi avec les autres, et le témoignage de ce que le Seigneur a fait pour nous. Dans notre voisinage, au travail, ou à l’école, nous pouvons parler à nos amis, sans formalité ou hypocrisie, de ce que Christ signifie pour nous, de ce qu’il apporte à notre vie, de la façon dont il nous soutient dans nos activités quotidiennes et nous donne la paix.

Ne nous soucions pas des méthodes et des théories. Le simple fait d’être un ami et de leur présenter Jésus, notre meilleur ami, fera toute la différence. Partageons avec eux notre parcours de foi et les changements que Jésus a effectués dans notre vie.

Dans le lieu saint, aucune lumière ne brille, exceptée celle du chandelier. De même, dans notre vie, seule la lumière divine devrait resplendir et faire de nous la lumière du monde.

Ainsi donc, l’étude quotidienne de la Parole de Dieu, une vie de prière fervente, et le partage enthousiaste de notre foi avec nos semblables favoriseront notre croissance spirituelle et approfondiront notre relation personnelle et intime avec Jésus.

 

 

 

 

Hensley Moorooven, originaire de l’île Maurice, est secrétaire adjoint de la Conférence générale. Sa famille et lui habitent à Columbia, au Maryland.


L’ECOLE ADVENTISTE DE REDWOOD DÉTRUITE PAR LES FEUX DE FORÊT EN CALIFORNIE
CRISE EN CATALOGNE : L’ÉGLISE ADVENTISTE EN ESPAGNE FAIT UN APPEL À LA PAIX !