Lorsqu’en mai dernier, Rickson Nobre est venu dans mon bureau pour me demander quels seraient les thèmes des trois cours de cuisine prévus en septembre-octobre, j’ai lancé, sans trop réfléchir : « Cours de cuisine végétarienne thaï, marocaine et indienne ».

Ces cours faisaient partie de toutes les activités prévues suite à Mission Caleb à Sion et étaient donc incluses  dans le petit livret largement distribué entre Martigny et Sierre au mois de juillet dernier. Suspense… La cuisine végétarienne du monde allait-elle intéresser les Valaisans/nnes ? Au fond de moi, il faut reconnaître que je n’y croyais pas trop, me disant qu’ils étaient très traditionnels, culinairement parlant. Eh bien non ! Dès fin juillet, les inscriptions sont arrivées, à un tel point qu’il a fallu fixer un nombre maximum par soirée.

Première soirée en septembre : cours de cuisine thaï avec douze personnes inscrites… Que des dames ! Les hommes seraient moins tentés par la cuisine exotique ? Trois personnes de l’église sont là pour aider mais je suis passablement stressée car ce soir, je vais tester une nouvelle manière d’animer un cours de cuisine : les plats ne seront pas prêts à l’avance mais ce sont les inscrites qui cuisineront. Elles auront six recettes à préparer en binôme.

Nous préparons donc six « coins » de travail avec tous les ingrédients nécessaires à la réalisation du plat.

19h sonnantes, tout le monde est là, sauf une dame. Nous nous présentons, j’explique comment nous allons vivre cette soirée, faisons le tour de chaque recette pour que toutes aient la possibilité de choisir quel  plat préparer et peut-être découvrir des ingrédients inconnus, et c’est parti. Des groupes de deux se créent et se mettent à s’activer en cuisine. Douze personnes dans la cuisine de Sion… il ne reste plus beaucoup de place ! Mais l’ambiance est vraiment bonne ; on pose des questions, on s’interroge sur des produits, on goûte… Bref… l’atmosphère est détendue et bien sympathique.

Une petite heure après, les six plats sont prêts à être goutés et chacun se régale. Du coup, celles qui hésitaient à revenir 15 jours plus tard pour la cuisine marocaine s’inscrivent. Mais nous sommes déjà trop ! Une deuxième soirée sera donc organisée.

Deux semaines plus tard, nous aurons nos deux soirées de cuisine marocaine avec neuf personnes à chaque fois. Pour la plupart, ce fut une soirée découverte au niveau des goûts car elle est très peu connue. Le principe est resté le même ; chacun a cuisiné et a pu déguster de la salade de carottes cuites, des briouats aux courgettes, un couscous végétarien et sa sauce aux amandes, de la harira (soupe de lentilles du Ramadan), des ghoribas et du thé à la menthe. Au dire d’une participante : « C’était meilleur que la cuisine thaïe ».

Le cours de cuisine indienne a clos cette série. De nouveau, ce fut l’occasion de découvrir de nouvelles épices, de nouvelles saveurs. Mais cette cuisine est tellement riche qu’il faudra songer à organiser un autre cours sur le même sujet !

Les personnes étaient ravies d’avoir participé à ces soirées, les organisateurs aussi ! Il est donc prévu de poursuivre ces aventures culinaires exotiques avec un cours par trimestre. Rendez-vous est déjà pris pour février ou mars 2018 avec un cours de cuisine végétarienne libanaise.

Ne comprenant pas l’engouement que ces cours ont eu, une participante nous a fait remarqué que nous étions entrés (sans le vouloir) dans un créneau qui ne se fait pas habituellement : de la cuisine végétarienne à thème. Il faut croire que le choix fait « au hasard » au mois de mai était clairement guidé !

Même si cette période de cours a quelque peu surchargé un programme déjà bien rempli, ce fut un réel plaisir que de faire connaissance avec toutes ces personnes fort sympathiques, d’ouvrir notre église de Sion et de profiter d’un agencement si bien pensé ! Qui sait ce que l’avenir nous réserve mais je me réjouis déjà de continuer cette aventure !

Yolande Grezet, membre et responsable des cours de cuisine de l’église adventiste de Sion

FÊTE DES MORTS : UN REGARD SUR LE SOMMEIL APRÈS LA MORT D'APRÈS LES ADVENTISTES
PROTESTER LE SABBAT