Main Menu

LE SECRET DE JOHNNY AN : FAIRE COMME LE CHRIST QUI SE MÊLAIT AUX AUTRES

Shares

Un Institut Adventiste s’apprête à lancer une initiative pour toucher la communauté.

Vous ne le devinerez jamais simplement en le regardant, mais Johnny An, un étudiant en infirmerie à l’Institut Weimar, a été renvoyé de son dernier établissement scolaire. Ce n’était pas à cause de mauvaises notes ou d’un mauvais comportement que le seul enfant originaire de Incheon en Corée, a été renvoyé. C’est en fait le contraire : son extraordinaire compétence en matière de leadership et son engagement envers la vérité biblique lui ont posé des problèmes.

Alors qu’il était scolarisé à l’Ecole Chrétienne Internationale en Corée, Johnny An était président du corps estudiantin et directeur de la chorale. Il a commencé également à étudier la Bible avec un pasteur de l’église Adventiste du Septième jour de la localité, et il a découvert des idées intéressantes qu’il ne pouvait garder pour lui même.

Johnny An a récemment été baptisé à l’église Rocher de Moïse par le pasteur Damon Snead. Johnny An étudie l’infirmerie à l’Institut Weimar. Image de l’Institut Weimar.

 

« A l’école, j’ai commencé à prêcher le message Adventiste, la prophétie, le message sur la santé et le sabbat, » a dit Johnny An. « Je partageais des réflexions tirées du culte, et les étudiants rentraient chez eux et parlaient des choses qu’ils avaient apprises, choses qui n’étaient pas très proches de ce que croyaient leurs familles. L’école a reçu des plaintes venant des parents. »

Et alors que les plaintes arrivaient, on a demandé à Johnny An, 15 ans, de quitter l’établissement. Impatient de trouver une école où il pourrait librement exercer un ministère et servir les autres, Johnny An s’est inscrit à l’Ecole Secondaire Weimar en Californie aux Etats Unis, après qu’une série de miracles ait ouvert la voie. L’Ecole Weimar convenait tellement bien que Johnny An y est resté pour l’université et pour travailler comme assistant médical à la clinique du campus. Le temps qu’il a passé à la clinique lui a offert de grandes opportunités d’établir le type de connexions pertinentes avec les membres de la communauté, ce qu’il fait de manière naturelle.

« Je vérifiais les données vitales des clients et je leur demandais de me parler de leur histoire. Ensuite je priais pour eux et je chantais pour eux à chaque fois, » a dit Johnny An. « Ils me demandaient pourquoi je faisais cela, j’ai donc pu partager certaines de mes croyances avec eux, et je les invitais à l’église. »

Une fois l’amitié nouée avec les clients, il était impatient de les aider à répondre à un quelconque besoin qu’ils pourraient avoir.

« Je ne donnais aucune étude biblique au départ. Je faisais la cuisine avec eux, je les accompagnais au supermarché pour faire les courses, ou alors je les écoutais simplement, » a dit Johnny An. « Souvent je me retrouvais simplement avec eux, tout comme Christ qui se mêlait aux autres, désirant leur bien. Je me retrouvais en leur compagnie et j’apprenais à les connaître. Après ils m’interrogeaient et je partageais avec eux mon témoignage. Souvent je les trouvais dans la souffrance et la dépression, alors je leur parlais de la vie de Jésus. »

Suite au ministère de Johnny An, des membres de la communauté ont été baptisés et d’autres fréquentent assidument l’église Adventiste sur le campus.

Une Nouvelle Approche pour une Vieille Idée

Johnny An n’est pas seul dans son engagement au service à l’Institut Weimar. Fondé en 1978 comme un programme promouvant un style de vie sain, l’Institut Weimar garde depuis longtemps un esprit de ministère au centre de son action. Avec une université, une école secondaire et une clinique communautaire sur place, l’Institut Weimar a un impact mondial, et des gens viennent du monde entier sur le campus pour apprendre comment faire reculer et aussi prévenir des maladies grâce à des méthodes naturelles. Mais comme le montre le ministère local mené par Johnny An, il n’est pas nécessaire d’aller au bout du monde pour trouver des opportunités d’exercer un ministère.

Karl Rosaasen, pré-infirmerie, et Chen Zhen Yew, sciences naturelles, coupent du bois pour les voisins de l’Institut Weimar afin qu’ils l’utilisent pour faire du feu pendant l’hiver. Image de l’Institut Weimar.

« Nous atteignons le monde entier, mais qu’en est-il de l’autre côté de la rue ? Au niveau local, que faisons-nous ? a dit Don Mackintosh, président du programme de bien-être mondial NEWSTART et pasteur de l’église du Campus de l’Institut Weimar. Pour répondre aux besoins de leur propre communauté, l’Institut Weimar lance Implication Totale du Campus (TCI), une initiative audacieuse orientée vers le service qui débutera en aout 2017.

« Nous voulons que nos étudiants ainsi que les membres du personnel voient une relation durable avec notre communauté. Nous ne voulons pas que nos médecins soient juste comme des médecins de salle d’urgence, » a dit Don Mackintosh. Nous voulons qu’ils voient des gens qui vont mieux et qui retournent à la vie, et nous voulons les accompagner sur le chemin de la vie. »

Implication Totale du Campus s’inspire d’Implication Totale du Membre, une initiative mondiale de l’Eglise Adventiste du Septième Jour qui encourage toutes les églises – et tous les membres d’église – à s’impliquer dans l’action missionnaire. Dans le cadre de leur participation à TCI, les étudiants et le personnel de l’Université, l’école secondaire, et la clinique Weimar consacreront une demie journée au service chaque semaine.

« Nous avons décidé de placer le temps consacré au service au milieu de la semaine – au milieu de ce que nous faisons. Donc nous le ferons chaque mercredi, » a dit Don Mackintosh.

Les étudiants de l’Institut Weimar (de gauche à droite) Isabella Brunkow, sciences naturelles ; Uyen Moon Nguyen, éducation Chrétienne ; Monica Fukuda, sciences naturelles, aident à préparer un espace pour le jardin. Image de l’Institut Weimar.

Les possibilités de service dans le cadre de l’initiative TCI sont illimitées, d’après Don Mackintosh. « Tout le monde peut trouver quelque chose à faire. Vous n’avez pas besoin d’être infirmier ou médecin. Trouver simplement un besoin et y répondre, c’est ce que nous appelons l’implication. Par conséquent, le service pourrait se traduire par une action où on couperait du bois pour un voisin, où on travaillerait dans son jardin ou alors où on aider une veuve, » a-t-il dit.

Don Mackintosh a indiqué qu’ils envisagent de tout lier à ce très simple message : « Nous sommes des Chrétiens Adventistes du Septième Jour, et nous avons fait cela parce que nous sommes ici pour vous. Nous voulons être comme Jésus. Il faisait du bien autour de Lui. »

D’après Ted N.C. Wilson, président de l’Eglise Adventiste du Septième Jour au niveau mondial, le ministère TCI de l’Institut Weimar ouvre la voie à d’innombrables bénédictions.

« L’implication de toutes les personnes sur le campus de l’Institut Weimar engagées dans une grande activité missionnaire, est enthousiasmante et permet d’espérer une extraordinaire bénédiction du ciel alors que l’action évangélique se déroule sur le campus, dans la communauté et à travers le monde, » a dit Ted Wilson. « Par la grâce de Dieu, puisse Implication Totale du Campus devenir un modèle pour beaucoup d’autres campus dans le monde alors que des jeunes, des enseignants et des membres du personnel se soumettent à la puissance du Saint Esprit en suivant seulement la méthode du Christ pour toucher les gens et annoncer le prochain retour du Christ. »

Le cœur de l’Implication Totale du Campus est de partager le cœur de Christ, a dit Don Mackintosh. TCI c’est ce ministère de réconciliation sous une forme pratique. Dieu nous a aidés alors que nous étions étrangers et ennemis, » a-t-i dit. « Maintenant nous allons et nous aidons des personnes que nous ne connaissons pas, même s’il sont des étrangers et peut-être même des ennemis. Nous sommes simplement ici pour leur dire : ‘Nous sommes tous membres de la race humaine, et la raison pour laquelle nous vous aidons c’est que Christ nous a aidés.’ »

Heather Quintana

Traduction: Patrick Luciathe

ADRA ET GRUNDFOS POUR DE L'EAU "DERNIER CRI"
LA DURE RÉPRESSION AUX TÉMOINS DE JÉHOVAH EN RUSSIE

Adventiste Magazine

La revue officielle de la Fédération des Églises Adventistes du Septième jour de la Suisse romande et du Tessin.

Laissez votre commentaire

Inscrivez-Vous

Inscrivez-vous pour recevoir les notifications dans votre e-mail

En vous abonnant, vous acceptez notre politique de protection de données.

E-MAGAZINE

ADVENTISTE MAGAZINE TV

Top