Main Menu

LE CADEAU DU CORDONNIER

Shares

Je pense que je pourrais faire une paire de chaussures.

Je commencerais avec un morceau de cuir, je le couperais en motifs et je coudrais les morceaux ensemble. Je l’ajusterais ensuite autour du « pied » en bois – un instrument utilisé dans la fabrication de chaussures qui a une forme semblable à celle d’un pied humain – enfin je mettrais les clous, la colle de la chaussure et je coudrais les dernières pièces. Je pense que je serais probablement capable de terminer le tout dans un délai raisonnable, mais certainement pas aussi vite qu’un cordonnier !

Je ne suis pas cordonnier. Mais j’ai vu plusieurs fois comment une chaussure est fabriquée. Je n’avais pas l’intention d’apprendre, et le cordonnier n’avait pas l’intention de m’enseigner. J’ai plutôt appris par assimilation pure – parce que j’ai vu mon grand-père fabriquer des centaines de paires de chaussures.

J’adorais entrer dans son atelier. Enfant, pour moi, c’était un tout nouveau monde. Les outils, l’odeur du cuir mélangée à la colle et la découverte d’une foule de trésors. Et il y avait toujours quelque chose de nouveau ; quelque chose que je n’avais jamais vu auparavant. Du coin de l’œil, mon grand-père regardait ce que je faisais et où j’étais. Parfois, il m’ordonnait de ne pas faire ou de ne pas toucher certaines choses, mais il me permettait toujours d’être là.

Dans notre salon est accrochée une photo encadrée de mon grand-père et en dessous se trouve la chaise en cuir sur laquelle il s’asseyait. Il y a aussi l’un de ses outils, son pied en bois et son enclume de cordonnier à trois pointes. Chaque fois que je vois ces choses, je pense à mon grand-père. Quand il s’asseyait sur sa chaise, il allait aussi chercher un petit tabouret pour que je puisse m’asseoir à côté de lui. Pendant des heures, je regardais comment il fabriquait et créait une chaussure à partir de rien. Ce que j’ai appris dans son atelier s’est ancré dans ma vie et dans mon esprit.

La vie ecclésiale et la vie de disciple ressemblent beaucoup à l’atelier de mon grand-père – souvent nous pouvons apprendre en regardant comment ils sont faits. J’apprends à être disciple quand je vois un autre disciple en action. J’apprends ce que c’est que d’être dans une église accueillante, aimante et encourageante quand je suis au milieu d’une telle église. J’apprends quand je vois de la passion et de la ferveur chez les membres d’église. J’apprends quand je suis exposé à tout le « trésor » des églises locales. J’apprends en regardant, même si les gens ne veulent pas intentionnellement m’enseigner. Mais rien qu’en étant en leur présence, je m’assimile et j’apprends.

« J’apprends à être disciple quand je vois un autre disciple en action. »

Il y a des années, dans l’atelier de mon grand-père, j’ai appris à faire des chaussures. Mais en dehors de son atelier, je l’ai aussi observé – et j’ai appris. Tous les matins, je voyais mon grand-père préparer le petit déjeuner pour ma grand-mère et le lui servir. Après avoir fini leur petit déjeuner, je les ai vus étudier leur leçon à l’école du sabbat. Toujours. Tous les jours.

J’ai vu mon grand-père actif à l’église. Il arrivait à temps, était impliqué en tant qu’Ancien, diacre et dans la célébration du culte. Je ne me souviens pas qu’il ait jamais critiqué un autre membre de l’église.

Il n’est pas étonnant que Paul dise dans 1 Corinthiens 11.1, « Soyez mes imitateurs, comme je le suis de Christ ». Pour beaucoup d’entre nous qui n’avons jamais vu le Christ en action dans le monde physique, nous pouvons Le « voir » en action dans les pages de l’Écriture-interaction. Et c’est un défi pour nous tous.

Dans nos églises locales de l’Australie, nous essayons de créer un mouvement florissant de formation de disciples. En fin de compte, nous voulons être un mouvement de disciples qui, par nos actions, racontent l’histoire du Christ. Les gens  ont l’habitude de se demander : « Comment saurons-nous si nous sommes un mouvement florissant qui fait des disciples ? » Pour moi, il y a trois points clés. Un mouvement florissant pour faire des disciples est :

  • Un mouvement de disciples qui communiquent avec Dieu, qui passent du temps avec Lui ;
  • Un mouvement de disciples qui entretiennent de bonnes relations avec leurs frères et sœurs, non seulement en interne, mais aussi avec les communautés dans lesquelles ils vivent.
  • Un mouvement de disciples qui se concentrent sur la mission de l’Église.

C’est ma prière, alors que nous nous observons les uns les autres et que ce qui se passe dans nos églises dans ce pays, nous pouvons être encouragés à L’imiter.

Pasteur Jorge Munoz, st président de l’Église Adventiste du Septième Jour en Australie.

Traduit avec www.DeepL.com/Translator

Téléchargez l’appli Adventiste Magazine

Rendez-vous sur Play Store ou sur Apple Store.

UNE NOUVELLE CRÉATURE - BAPTÊME DE VANESSA À RENENS
ADRA : UN DEMI-MILLION DE DOLLARS D’AIDE POUR LES MIGRANTS VÉNÉZUÉLIENS

Laissez votre commentaire

Inscrivez-Vous

Inscrivez-vous pour recevoir les notifications dans votre e-mail

En vous abonnant, vous acceptez notre politique de protection de données.

E-MAGAZINE

ADVENTISTE MAGAZINE TV

Top